Pierre-Lin Renié invité au Séminaire photographique le 12 avril

Pierre-Lin Renié – Les deux boîtes contenant la collection d’épreuves de travail, novembre 2011.

Pour notre prochaine édition à la Maison du geste et de l'Image, nous recevons Pierre-Lin Renié. Premier échange en avant propos :

-Nous découvrirons jeudi vos "images" mais aussi la manière dont vous souhaitez les assembler, les présenter. Quels statuts occupent-elles dans votre activité artistique ?

-"Après une interruption d’une dizaine d’années, je me suis remis à faire des photographies en janvier 2004. Ce sont des enregistrements directs et simples, descriptifs, regroupant une grande variété de sujets, sans hiérarchie entre eux. Il ne s’agit pas pour moi de travailler un thème spécifique, mais plutôt une manière singulière d’être au monde. Cet exercice d’un regard a priori égalitaire se retrouve à l’intérieur de chaque vue. Les éléments qui la composent sont tous d’égale importance, soumis à la même précision descriptive. Les images qui en résultent réinvestissent aussi bien les genres établis de la photographie moderne (scènes de rue, architectures, objets trouvés...) que les poncifs de la photographie amateur (couchers de soleil, fleurs, animaux...). D’autres reproduisent des détails d’œuvres d’art ou d’images médiatiques.

Ces images sont autonomes, mais elles peuvent tout autant s’agencer entre elles. Chaque photographie conservée est mise en page sur une planche singulière portant la date de la prise de vue, moyen simple de l’ancrer dans une expérience réelle, partageable par tous. Les planches sont ensuite imprimées en petit format et rangées dans des boîtes. Le classement se fait par jour de prise de vue, sans tenir compte de l’année ; il retrace une année calendaire unique, marquée par le rythme des saisons. La collection constitue à la fois le travail (la somme de chaque image autonome, assemblée sur la base des douze mois de l’année) et le matériau du travail (portant toutes les potentialités d’agencement). Chaque image est en attente d’utilisations diverses constituant autant de formes d’apparition – montages, livres et publications, épreuves d’exposition autonomes. Deux axes apparaissent ainsi : temporalité, et potentialité.

À ce jour, la collection comporte plus de 1 700 images, dont les tirages de travail sont contenus dans deux boîtes."

Rendez-vous le Jeudi 12 avril à 18h00 Maison du Geste et de l'Image 42 rue Saint-Denis 75001 Paris Métro Châtelet ou Les Halles

Téléphone 01 42 36 33 52 Fax 01 40 26 40 14 Mail info@mgi-paris.org

Commentaires

1. Le lundi 9 avril 2012, 15:02 par Michel Poivert

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/419

Fil des commentaires de ce billet