« Madame… » Correspondance oblique : un projet de Stan Amand en direct sur ViteVu.

Stanislas Amand fait partie des tout premiers artistes avec lesquels la SFP a engagé une relation au milieu des années 1990. Un entretien dans le Bulletin en mai 1998, la publication en juin 2002 d’une monographie avec les éditions 779, Prose optique, puis un entretien public à la Maison européenne de la photographie en novembre, il nous tardait après cela de trouver une formule pour prolonger cette aventure. L’œuvre de Stan Amand ne se présente pas comme une suite régulière de projets ou d’images distribuées en ensembles figés, exposés ou édités régulièrement : photographe mais aussi urbaniste, l’artiste vit d’enseignement et de commandes et pratique, selon une tradition toute duchampienne, l’art en dilettante, c’est-à-dire fondamentalement.

Toujours en voyage, et toujours attentif, Stan Amand développe depuis bientôt dix ans un « Livre » (Lettres et mails à une galeriste) qu’il expose selon son état d’inachèvement – Rome Villa Médicis, Pontaut Combault au Centre photographique d’Ile de France, à l’été de Lectoure, récemment au Bleu du Ciel à Lyon et plus récemment encore à Toulouse et ces jours-ci à Marseille - et dont les ultimes expériences se situeront dans les jours à venir à Montréal (agence d’architecture SHEME et l’Ecole d’architecture de Montréal). Mais « livre » ne décrit pas assez l’originalité de l’entreprise ou plus simplement sa forme : la publication de lettres à une galeriste imaginée, femme de l’art à laquelle l’artiste confie des impressions sur le monde, impressions illustrées et formant à chaque fois une page. Minima moralia à sa manière, l’ouvrage établit un équilibre entre le parodique sérieux des Situationnistes et l’élégance bourgeoise d’une relation épistolaire digne de l’époque d’un Saint-John Perse. Glamour et conceptuel, critique et affectif, Les lettres illustrées sont sur le point de construire une œuvre accomplie, sismographe de notre relation sensible et intellectualisée au monde, inclassable on l’a compris et toute pleine d’une promesse dont on ignore, bien entendu, si elle sera tenue. Gageons néanmoins que ce livre existera bientôt et ne ratons pas le dernier avion puisque l’artiste lui ajoute encore quelques compléments. On doit ainsi à Paul-Louis Roubert l’idée d’inviter Stan Amand à se servir de ViteVu comme d’une boîte aux lettres : l’artiste nous enverra ainsi, chaque semaine, d’où qu’il se trouve dans le monde, un message, faisant du blog un lieu d’exposition in progress. Permières missives aujourd'hui, en guise de bande-annonce : une lettre "programme" suivit d'un mail de fond de court…




|

Commentaires

1. Le mercredi 25 juillet 2007, 12:41 par andre

c vraiment interessant... continuez André

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/146

Fil des commentaires de ce billet