Une séance de projection au Stéréo-Club

image Créé en 1903, le Stéréo-Club français (SCF) est l'une des rares associations de photographes a pouvoir se prévaloir d'une activité continue depuis sa fondation. Il compte aujourd'hui quelque cinq cents membres, et publie régulièrement un bulletin, Images en relief. Revue du Stéréo-Club français, dont la collection complète est consultable à la SFP.

Chaque mois, une séance ouverte au public est consacrée aux démonstrations et projections. “N’oubliez pas vos lunettes polarisantes et anaglyphiques”, indiquait le calendrier du dernier numéro (n° 899, décembre 2006-janvier 2007) pour la date du mercredi 24 janvier 2007. Curieuse d’assister à une projection polarisée, je m’y suis donc rendue – quoique seulement armée d'une paire de lunettes bicolore...

Arrivée au premier étage de la paroisse de l’Eglise Saint Augustin, dans le 8e arrondissement, je fus chaleureusement accueillie par les membres présents, dont M. Parreaux, responsable du bulletin et des adhésions, unique salarié du club. Tout en recevant diverses explications sur le fonctionnement de la stéréoscopie, j’assistais aux derniers préparatifs des quatre projecteurs Simda équipés de leur filtres polarisants.

Point de projection anaglyphique au programme, je pouvais donc ranger mes lunettes bicolores et m’empresser d’emprunter les lunettes grises adaptées. Simple, efficace et moins fatigante pour les yeux, la projection polarisée est désormais la plus courante. Ce soir-là, j’eus la chance de voir se mesurer les Anciens et les Modernes de la stéréoscopie (pour paraphraser l’un des membres).

Le numérique a fait lui aussi son entrée dans le domaine. Non seulement au stade de la prise de vue, mais également du montage des photographies, puis de leur projection (par exemple les logiciels StereoVue et StereoScan de Gilbert Grillot et Sylvain Weiller, deux membres du SCF, téléchargeables sur http://ggrillot.free.fr/index.html, ou StereoPhoto Maker de Masuji Suto, traduit par Pierre Meindre, sur http://stereo.jpn.org/fra/stphmkr (apprentissage sur http://stereo-club.fr/pages.php). Comme l’explique Charles Couland dans le dernier numéro de la revue ("Le virage numérique. Congrès SCF 2006", n° 899, p. 6), avec les nouveaux projecteurs DLP, la qualité des images projetées en numérique vaut celle des diapositives.

Les beaux reportages (argentiques) de Charles Clerc et Henriette Magna-Clerc sur les îles Canaries et le Sénégal ouvraient la séance. Commentaires et musique parfaitement synchronisés avec la projection venaient agrémenter les vues qui défilaient en fondu enchaîné. Suivait une série de Daniel Meylan sur la côte d’Azur où se succédaient proues de bateaux, aux très réussis effets de jaillissement, et vues panoramiques. Agréable et humoristique, la projection fut cependant troublée par quelques problèmes techniques. Ce n’est pas la qualité des épreuves qui était en cause, mais leur montage en carton qui, ne résistant pas à la chaleur du projecteur, obligeait à retoucher la mise au point pour restituer pleinement l’effet de relief. En numérique, en revanche, pas de gondolement ni de fastidieux réglages de netteté! Aux commandes de son ordinateur, Pierre Meindre s'excusait de la désynchronisation de certains de ses clichés (problème de synchronisation des déclenchements à la prise de vue), mais la qualité était là, avec titres et musique comme précédemment.

Personnellement, je n’ai pas vu de différence avec l’argentique, si ce n’est l’apparente simplicité technique du numérique. La prochaine séance mensuelle du SCF se tiendra le 21 février 2007 au 7bis rue de la Bienfaisance (Métro St-Augustin) à 19h30 (http://www.stereo-club.fr/).

Illustration: Pierre Meindre, stéréogramme numérique, extrait de "Diaporama avec MyAlbum", 19/10/2005-13/03/2006.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/119

Fil des commentaires de ce billet