Le goût de l'archive

Pour son accrochage dans le cadre du 14e mois de la photographie, on ne pourra pas accuser la Maison européenne de la photographie de céder au charmes du vintage. Hormis les étages inférieurs consacrés à plusieurs présentations autour de la photographie contemporaine (notamment Mutations 1, présentant une sélection de travaux commentés par André Rouillé, qui a souhaité dresser un panorama de la jeune création photographique européenne (sic)), les niveaux principaux du bâtiment sont dévolus à deux expositions "dossier" dans le sillage des préoccupations de l'historiographie contemporaine sur les destins imprimés de l'image photographique.

Un premier échelon se consacre à l’aventure éditoriale et critique de trois images emblématiques du modernisme photographique d'André Kertész, dont sa célèbre Fourchette. "L'Odysée d'une icône" propose ainsi de découvrir à travers coupures de presse, catalogues et monographies d’époque, exposés sous vitrine, comment se forge à travers le temps, de 1928 à aujourd'hui, un canon de l'histoire de la photographie. Un souci de l'archive que l'on retrouve sur les deux étages supérieurs dans "Regarder VU", exposition à la fois didactique et foisonnante. Organisée par Michel Frizot et Cédric De Veigy, elle prend le parti d'extrapoler à l'état de sujet d'étude un objet qui d’ordinaire dépasse rarement, dans ce genre de manifestation, le statut d'élément de contextualisation. Pari ambitieux faisant la part belle aux couvertures et doubles pages (plus de 600) de ce magazine clés du renouvellement de la presse illustrée du XX° siècle.

Peu de photographies en effet mais des images en quantité et un symptôme sans doute du déplacement des objets de l’histoire dont il reste à analyser ici les partis pris.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

1. Le mardi 31 octobre 2006, 11:29 par BLOGARTS

Vernissage à la MEP

Le mois de la photographie à la MEP c'est : Mutations 1 du bon et du moins bon, deux photographes sortent du lot, Philippe Ramette, en Apesanteur, dommage qu'il n' y est que 3 photos, travail très interressant, quelques photos et Eva Frapiccini...

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/88

Fil des commentaires de ce billet