Avant la région humaine

image Samedi prochain, l’exposition "La région humaine" ouvrira ses portes au premier étage du Musée d’art contemporain de Lyon (jusqu’au 31 décembre), dans le cadre du festival Septembre de la photographie. C’est sur l’invitation de son directeur, Gilles Verneret, et du directeur du musée Thierry Raspail, que j’ai réalisé cette exposition comptant plus de 150 œuvres d’une vingtaine d’artistes. Un projet sur la représentation contemporaine de l’homme ne naît pas d’une commande, elle résulte ici d’un travail entamé au milieu des années 1990 au sein du Bulletin de la Société française de photographie, à travers de nombreux entretiens menés par moi-même et toute une équipe. Organisées régulièrement, ces rencontres également formalisées par les "Entretiens publics" à la Maison européenne de la photographie, ont été le moyen d’aborder la production des photographes français qui échappent aux catégories du reportage ou bien de l’art contemporain, laissant peu à peu percevoir le dynamisme d’une scène française qui ne trouve pas réellement de vecteur pour s’affirmer.

Cette exposition a donc un caractère générationnel. On y trouve des photographes qui tous comprennent leur production personnelle comme des images dont la finalité réside dans la reconnaissance artistique; toutefois, et à la différence de la génération précédente qui a vécu un processus d’affirmation voire de légitimation artistique du médium photographique – et qui, pour sa meilleure part, a su laisser planer le doute sur cet horizon esthétique – les photographes présents dans "La région humaine" font l’expérience d’un héritage. Entendons par là que si rien ne s’oppose à reconnaître leur travail sur le plan artistique, en aucun cas ce statut ne suffit à définir leur pratique. Pour le dire autrement, les photographes présents dans "La région humaine" (mais ils sont plus nombreux, bien sûr) se confrontent à la question du contenu des images. Ils sont occupés à reformuler dans le cadre doré de la photographie contemporaine la question du sujet. Si l’on a beaucoup glosé sur la question du document, c’est parce qu’il s’agit depuis plusieurs années de reposer la question du contenu et de la forme qu’il peut prendre. Par "contenu", il ne s’agit pas de comprendre un message unilatéral mais bien une dialectique de la forme et du sens. Ce qui rassemble les photographes de "La région humaine" est bien leur propension a mettre en rapport le caractère d’évidence de l’image photographie – son «effet de réel» que la notion de document incarne – et la dimension factice de la mise en scène que contient tout travail réfléchi de l’image. On découvrira donc dans "La région humaine" une manière de grand théâtre photographique où l’homme prend place, où les images proposent des dispositifs de relation avec le spectateur ne reposant ni sur le voyeurisme ni sur l’autorité.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/80

Fil des commentaires de ce billet