So French: Just Book & Pay?

Avec le programme Depardon, on découvre une nouveauté pour Arles: la lecture payante des portfolios, concentrée dans un lieu excentré, à savoir les anciens ateliers SNCF. Les modalités du Photo Folio Review sont clairement explicitées sur le site: un forfait de 220 euros (qui comprend une réduction de 30% sur l’ensemble des expositions et l’accrochage d’une de vos oeuvres dans la Photo Folio Gallery) vous permet de rencontrer des experts internationaux de l’image (bonne connaissance de l’anglais recommandée) et de leur soumettre votre portfolio pendant 20 minutes, très précisément. Le booking se fait sur le net avec la garantie de rencontrer au moins deux des dix lecteurs par vous choisis.
Par Hervé Le Goff, Photographie.com, 23/06/2006.
Lire la suite...

Commentaires

1. Le jeudi 29 juin 2006, 16:20 par charlie

Le système des lectures de book payant n’est pas nouveau. Le portfolio reviewing est pratiqué, depuis plusieurs années, dans de nombreux festivals européens. Cette pratique est admise partout sauf en France, le premier à le mettre en place a été le festival de Houston.
L’idée de départ n’est pas mauvaise, il s’agit avant tout de mettre en relation des gens susceptibles de collaborer ensemble. L’entrevue est ainsi plus «potentielle». Mais si ce jeu des rencontres se pratique de manière honnête, on peut facilement comprendre que les reviewers ont autant intérêt à rencontrer de jeunes photographes encore peu connus que ces photographes à pouvoir rencontrer des gens d’accès difficile, ayant un «regard», pouvant les conseiller et leur proposer des collaborations futures.
Si les deux parties y trouvent leur intérêt alors il est très douteux d’en faire porter la charge financière aux seuls photographes. Les reviewers sont généralement invités et même payés par le festival alors que les photographes doivent eux payer leur inscription (le coût est variable selon les festivals), le voyage et l’hébergement qui va avec pour avoir la «chance» de pouvoir rencontrer des interlocuteurs «de valeur». Mais il faut ajouter que ces même reviewers sont parfois loin d’être intéressants et incapables de vous apporter quoi que se soit. Il arrive facilement de s’entendre dire: « félicitations, votre travail est très beau, bon courage pour la suite... ». Cela fait un peu cher le non-conseil.
Je ne connais pas de solution à cet état de fait mais il y a là quelque chose qui me chagrine.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/64

Fil des commentaires de ce billet