La SFP, vitrine de la recherche et de la création

image Trouver aujourd’hui un chemin pour donner toutes ses chances au développement de la connaissance et de la création est un défi. La Société française de photographie travaille à le relever en tâchant de rester fidèle à l’exigence scientifique comme à la curiosité que requiert la découverte des approches techniques et esthétiques contemporaines. C’est en vivant ce défi que chacun définit aujourd’hui ses engagements qui, pour nous, se traduisent par la volonté de sauver la recherche en inventant les modalités de son financement, comme celle de promouvoir la création, en dépassant la ligne Maginot de l’art contemporain.

Sauver la recherche – nous empruntons bien sûr ce slogan à la communauté scientifique – consiste pour nous à assurer la préservation du patrimoine qui nous a été confié en consolidant notre relation avec la Bibliothèque nationale de France, afin de pérenniser notre politique de sanctuarisation de la collection. Mais cela veut dire aussi assurer la vie économique de la revue Études photographiques, en trouvant des partenaires (après le musée Niépce, le mécénat aujourd’hui de la Banque de Neuflize) – condition de la préservation d'un travail éditorial voué à la diffusion des travaux des spécialistes reconnus comme à la révélation des talents de jeunes chercheurs. Ces derniers, dont nombre sont membres de la SFP, trouvent cette année une nouvelle offre en terme d’aide. D’abord avec la bourse du mécénat Roederer, partenaire de la Bibliothèque nationale de France et, selon nos informations, prochainement une autre bourse de recherche dévolue à l’histoire de la photographie financée par la fondation Neuflize pour la photographie.

Mais la SFP n’est pas seulement en quête d’aide, elle soutient à son tour, comme elle l’a montré en étant partenaire de l’exposition "Le pictorialisme en Europe" au musée des beaux-arts de Rennes, amenant ses compétences et ses collections, tissant grâce à Nathalie Boulouch des liens de plus en plus étroits avec l’université rennaise. La réflexion menée par André Gunthert sur l’édition scientifique aujourd’hui m’amène également à penser que le rythme lent de la recherche doit savoir parfois s’accélérer pour s’adapter à l’économie technique et budgétaire de la connaissance. C’est la raison pour laquelle je suis très intéressé par les évolutions que propose désormais l’édition électronique et sensible à la nécessité qui s’impose à nous de trouver un jour ou l’autre le moyen d’exister, mieux encore qu’aujourd’hui, sur internet (rappelons en effet le succès du site de la revue et l’offre gratuite qu’elle propose).

Notre action en direction de la création s’était jusqu’à présent focalisée sur l’édition du Bulletin avec ses entretiens, la coédition avec 779 de monographies et enfin la réalisation d’entretiens publics avec la Maison européenne de la photographie. Donner la parole aux artistes, faire découvrir sans sacrifier aux modes restent nos deux options. Mais nous allons, là encore, nous adapter. La formule du Bulletin est abandonnée au profit de la création de ViteVu, que vous commencez à fréquenter et à commenter. Sur ce blog, les entretiens, plus ramassés mais aussi plus nombreux, viendront faire part de nos rencontres. Quant à l’édition, la collection avec 779 s'étant interrompue pour des raisons économiques, nous proposerons très prochainement la création d’un lieu symbolique pour voir des œuvres originales: "La vitrine", située à l’adresse de notre siège, 71 rue de Richelieu à Paris. Car c’est dans notre vitrine, espace largement ouvert sur la rue par définition, devant la salle de bibliothèque, faisant ainsi le lien entre recherche et création, espace de lecture et espace de contemplation, que sera disposée chaque mois l'œuvre d’un artiste. "La vitrine", dans sa modestie mais aussi dans sa régularité, sera donc une manière pour la SFP d’être présente de façon originale dans l’actualité des expositions.

Installée durablement dans le paysage institutionnel de la photographie, la SFP jouit d’une considération que concrétisera plus visiblement encore, dans les semaines qui viennent, sa présence au sein du Conseil national de la photographie créé par le Ministère de la culture et de la communication, et qui regroupera l’ensemble des acteurs représentatifs du monde de la photographie. En souhaitant que toutes ces nouvelles perspectives traduisent les aspirations du plus grand nombre, il me reste à vous souhaiter une excellente année 2006.

Illustration: "Coney Island", 1997, extrait de la série: "En ville, à la plage, 1997-2000", photo, © et courtesy: Geoffroy Mathieu (tous droits réservés).

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

1. Le jeudi 12 janvier 2006, 15:17 par L'Agenda de la Culture

La SFP, vitrine de la recherche et de la création

Sauver la recherche – nous empruntons bien sûr ce slogan à la communauté scientifique – consiste pour nous à assurer la préservation du patrimoine qui nous a été confié en consolidant notre relation avec la Bibliothèque nationale de...

URL de rétrolien : https://sfp.asso.fr/vitevu/index.php?trackback/22

Fil des commentaires de ce billet