Rapport d'activité de la collection en 2012

Rapport d’Activité

Collections de la Société française de photographie

2012

 

PERSONNEL

En 2012 l’équipe collection a été constitué d’un salarié à temps partiel (Luce Lebart) assistée de un à deux volontaires en Service civique (Vincent Guyot de janvier à Août 2012) et Aude Lascaux et Léa N’Guyen Commo de novembre à décembre 2012. Plusieurs stagiaires et bénévoles ont contribué à la vie des collections comme à son administration en particulier Hugo renard, François Ray, Emilie Assémat, Hélène Orain et Lucine Charon. Entre septembre et décembre 2012, Vincent Guyot a assuré le suivi administratif de l’agence et des collections.

ENRICHISSEMENT DES COLLECTIONS

 Fonds Landry, don Lacroix. Entrée du 10 janvier 2012. 236 albums, 8 ml.

 Entre 1935 et 2008, Monsieur Landry, VRP  (Voyageur, représentant et placier), a profité de toutes ses vacances pour documenter photographiquement les nombreux     voyages qu’il a réalisé tout autour du monde. La plupart du temps, il voyage avec des organismes. Outre les albums rigoureusement constitués au fil des années, il note, dans des petits SFP Don LACROIX.jpg« journal de bord » ses remarques sur les voyages et les problèmes ou les facilités d’organisation qu’il rencontre (plutôt que ses « impressions »).

En outre, il collecte aussi, tout au tour du monde des histoires drôles (blagues) qu’il prend soin, à son retour chez lui, de taper à al machine et coller dans des petits carnets à spirales colorés dont l’étiquette sur la page de couverture cartonnée et colorée précises les années de collecte de ces « Histoires drôles ». Monsieur Lacroix,  parent de Monsieur Landry qui mourut en 2011, a aussi donné à al SFP une boite regroupant l’ensemble des passeports de Monsieur Landry à laquelle boite est jointe un inventaire de ses passeports. De même les albums sont inventoriés tout comme le sont les négatifs et les « doubles ». Ce fonds vient idéalement compléter la collection de la SFP, en partie spécialisés dans la photographie amateur et de voyages (avec notamment le fonds de la SEAP – Société excursionniste des amateurs photographes).

SFP_geniaux_les_halles2_boucher.jpg

Fonds Paul Géniaux, Don Jacques Lévy. Entrée du lundi 29 octobre. 

Monsieur Lévy a offert en don à la SFP 56 plaques de verre positives noir et blanc - et souvent colorisées- réalisées par Paul Géniaux vers 1902. Ce fonds vient compléter celui de Louis Vert, contemporain de Géniaux, qui photographia aussi la vie quotidienne à Paris autour de 1900, avec notamment une série touchante sur les clochards. Le nouveau fonds Géniaux de la SFP rassemble des images des Halles de Paris, particulièrement vivantes et dignes des descriptions du Ventre de Paris de Zola. On y rencontre aussi des vues de Paris sous la neige, ainsi que des photographies des courses hippiques, plus précisément, du public de ces courses hippiques.

Le Don a été facilité par Denis Rebord, photographe et chargé de cours à Gobelins, l'Ecole de l'image et Françoise Reynaud, conservatrice du département photographique du Musée Carnavalet.Nous remercions chaleureusement Monsieur Jacques Lévy pour sa générosité ainsi que Françoise Reynaud et Denis Rebord pour l’avoir facilité.

Revue Le Miroir (1915-1919).  Don du 20 novembre 2012. 

Nicolas Le Guern, historien chercheur offre à l'association 134 numéros de la revue Le Miroir publiés entre 1915 et 1919 ont été offerts à la bibliothèque de la SFP par Nicolas Le Guern, historien chercheur et ancien de L’ENS Louis Lumière que nous remercions beaucoup . Pour en savoir plus sur l'hébdomadaire photographique Le miroir, consulter l'article de Joelle Beurier paru dans Etudes photographiques, numéro 20, juin 2007, paru sous le titre : "L’apprentissage de l’événement, le miroir et la grande guerre". http://etudesphotographiques.revues.org/index894.html :


NUMERISATION

En 2012, la Société française de photographies figure parmi les structures retenues au titre de l'appel d'offre annuel de la DREST (ancienne MRT) pour bénéficier de l'aide du Ministère de la culture en matière de numérisation de ses fonds.

Cette appel à candidature, renouvelé tous les ans, s'adresse autant aux institutions publiques qu'aux structures privées et aux associations. Cependant le financement qui est accordé à cent pour cent pour les structures relevant de la fonction publique, n'est octroyé qu'à hauteur de 50 pour cent pour les associations. Il nous fallait donc trouver un partenaire pour cette opération ce qui fut chose faite, dès octobre 2012, grâce à l'enthousiasme que nous a réservé l'équipe de la bibliothèque numérique ecorpus .

FRSFP_0821im_016_015n-1.jpgDans ce contexte, 3093 photographies, dont 2661 plaques de verre et 124 daguerréotypes sont en cours de numérisation. Le prestataire retenu pour la numérisation est le CICL. C'est le seul prestataire qui a accepté de venir travailler sur place pour une petite quantité de documents et nous lui en sommes très reconnaissant. Nombre des documents de la SFP sont particulièrement fragiles et sensibles aux variations de température ou d'humidité : c'est le cas en particulier des papiers salés de Jules Jeuffrain. En opérant sur la place, les risques en matière de conservation sont limités.

Les choix de documents à numériser concernent 1 - Trésors de la SFP (en particulier les daguerréotypes)  2 - Arc méditerranéen, 3) Guerre de 14x18.

Pour procéder au choix des pièces à numériser, nous avons commencé par une phase de dépouillement des inventaires sur papier existant ce qui nous a amené à retenir 822 tirages en rapport avec la méditerranée dont 30 pour cent figurent dans des albums. Ces inventaires sur papier ont été océrisés puis corrigés et récupérés dans le tableur excel et récolés avec l'existant. Les champs de description ont été normalisés et les informations manquantes ont été rajoutées ainsi que des mots-clés afin de mettre à jour ces inventaires tout en préparant les fichiers de récolement pour le prestataire.

Dans un deuxième temps, nous avons travaillé en réserve dans les épis où sont conservés les boites de plaques de verre non inventoriées. Jour après jour nous avons ouvert les boites, souvent empaquetées ou nouées, et nous les avons étiquetées tout en décrivant leur contenu. Cette étape nous a amené a pré-classer 300 mètres linéaires de documents sur verre. Pour la numérisation, 24 fonds de plaques de verre correspondant à 2661 documents ont été dépoussiérés, nettoyés, conditionnés et inventoriés. Ces fonds concernent le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Grèce, les Canaries, l'Italie, le Portugal, la Provence, la côte d'Azur, la Corse, la guerre d'Espagne et la Première guerre mondiale.

En octobre 2013, les images numériques du sud de la France et des pays méditerranéens seront disponibles sur le site de la SFP et sur celui de la bibliothèque numérique Ecorpus. Les trésors de la SFP seront présentés sur le portail Arago et les images de la guerre 14x18 rejoindront un portail dédié. 


Plusieurs bénévoles et deux jeunes en service civiques ont participé à cette aventure de préparation à la numérisation, nous les remercions beaucoup pour leur engagement fondamental à notre fonctionnement associatif. Merci à Léa Nguyen, Aude Lascaux, Lucine Charon et Vincent Guyot pour leurs contributions.

Nous tenons à remercier tout particulièrement Sonia Zillhardt et la DRAC Île de France pour leur soutien, leurs conseils et leur confiance.

Un grand merci aussi à Gilbert Le Guen du Centre interrégional de conservation du livre à Arles (CICL) pour sa collaboration engagée dans ce beau projet et à Stéphane Ippert (Bibliothèque numérique Ecorpus) ainsi qu'à tous ceux qui nous ont guidé dans la rédaction de la demande de subvention.

Cette première aide du Ministère de la Culture et de la communication, associée au suivi de la DRAC et à celui du CICL,  nous auront largement encouragé dans notre travail quotidien d'inventaire et de récolement. Ce soutien a permis la redécouverte de plusieurs fonds oubliés ou déclassés. Un effort de normalisation a été mené, indispensable dans ce contexte afin de préparer l'injection des métadonnées encapsulées et de produire des instruments de recherches normalisés et "pérennes". Enfin et surtout, il nous est apparu indispensable de trouver les moyens ou les possibilités de mettre en ligne de façon sécurisées les images de la SFP sur un site dédié où seraient rassemblées, pour la visualisation, toutes les images de la collection. C'est dans cette dynamique que nous nous sommes positionnés pour candidater, pour la deuxième fois dans l'histoire de la SFP, à l'appel à projets de numérisation annuel du Ministère de la Culture et de la communication 2012 pour l’année 2013.  Cette dernière candidature a été réalisée en collaboration avec Picturae qui s’est engagé à soutenir, sous la forme d’un mécénat, la numérisation et la valorisation en ligne des fonds autochromes de la SFP.

En parallèle de la préparation de la numérisation soutenue par la DREST et le CICL, nous avons procédé à des numérisations dans le cadre d’un partenariat avec Gobelins, L’Ecole de l’image. Accompagnés par Pierre-Jérôme Jéhel, les élèves de la section « traitement de l’image » ont numérisé 440 plaques de verre de Robert Demachy et se sont inspirés de ses images pour réaliser un travail personnel. Avec l’aide de Vincent Guyot, en service civique à la SFP, nous avons aussi reproduit plusieurs fonds en basse définition afin d’optimiser les recherches de l’agence et de favoriser la diffusion des images du fonds. Dans ce contexte, les fonds de tirages d’Albert Londe et de Robert Demachy ont été reproduits.


CLASSEMENT

1 -  Bibliothèque :

Mise à jour du catalogue de la bibliothèque dans le logiciel libre PMB et mise en ligne de ce catalogue :

Le  nouveau catalogue des ouvrages et des mémoires déposés à la SFP est interrogeable en ligne en recherche simple ou multicritère dans le logiciel libre PMB (full web) depuis mars 2012.

Sous licence libre, PMB est développé par une communauté d’entraide  dynamique. Il est conforme aux règles et aux normes de la bibliothéconomie : il respecte la norme UNIMARC, la recommandation 995 et permet l’import de notices issues de BDP et de toutes bases de données. Son format XML garantit la disponibilité et la reprise des données.  D’emblée en mode Web, PMB est  utilisable avec un simple navigateur et  fonctionne en multipostes comme en monoposte, la machine fait office de serveur et de poste de travail. Le logiciel tourne sur les plates-formes courantes du marché et utilise des serveurs libres tel MySQL. L'interface graphique est paramétrable.

Le logiciel PMB a été choisi pour toutes ces raisons qui nous ont aussi incité à choisir comme stagiaire assistant collection Vincent Guyot qui avait déjà une expérience réussie de gestion de bibliothèque dans ce logiciel.

Le catalogue a été élaboré à partir des quelques 8 000 références bibliographiques que contenait une base de données informatique dont la constitution avait été entamée dès le milieu des années 1990 avec l'aide de nombreux et vaillants lecteurs bénévoles et stagiaires, à partir notamment des informations du meuble à fiches de la bibliothèque. Ce premier répertoire informatique avait permis à de nombreux lecteurs de naviguer dans l'inventaire de la bibliothèque et de générer des listes. Manquait à ce répertoire non seulement une véritable disponibilité en ligne, mais également une indispensable normalisation.

Un premier travail de longue haleine, entamé en septembre 2011 et poursuivi tout au long de l’année 2012, a consisté à « nettoyer » les informations, uniformiser et répartitir les mentions, remettre aux normes des champs et des autorités de cette première base de données exportées depuis File maker dans Excel.

Ainsi, depuis mars 2012 à l'adresse http://www.sfp.asso.fr/sfp-bibliotheque/opac_css/ sont accessibles en recherches par titres, auteurs ou collections les références d'ouvrages de 4490 auteurs et 3 261 éditeurs différents, depuis 1677 (La vision parfaite du Père Chérubain d'Orléans) jusqu'à aujourd'hui. Sont également disponibles à l'interrogation les mémoires universitaires déposés à la bibliothèque. Ce catalogue aux normes Unimarc donne une visibilité inédite à la bibliothèque de la SFP et entame avec succès le chantier crucial de normalisation de la description des fonds et celui tout aussi important de valorisation en ligne des collections.

En 2012, nous avons catalogués dans PMB 72 ouvrages entrés dans la collection entre janvier 2011 et décembre 2011. La liste de ces ouvrages est consultable ici :

http://sfp.asso.fr/blog-collection/index.php?post/2012/03/06/Biblioth%C3%A8que-%3A-ouvrages-entr%C3%A9s-en-2011-dans-les-collections-de-la-SFP

Traitement de l’arriéré des ouvrages à cataloguer :

En 2012, nous avons aussi regroupé, trié et comptabilisé l’arriéré d’ouvrages et de périodiques à inventorier. Les 476 ouvrages à cataloguer ont été classés par date de publications croissantes et rangés en réserve à la suite des derniers ouvrages répertoriés et en attente de leur catalogage réalisé au premier semestre 2013.

Reprise d’inventaires :

1 -  Export des inventaires file maker dans EXCEL : Les 40 bases file maker d’inventaires d’auteurs la collection ont été exportées dans EXCEL.

2 -Nouveau inventaires :

La préparation de l’exposition d’Arles a mené à la réalisation de trois nouveaux inventaires :

 -Plis cachetés de la SFP

- Emaux photographiques de la SFP

- Posemètres et photomètres de la SFP

37 inventaires papiers ont été scannés, océrisés, importés dans excel et récolés.

 

CONDITIONNEMENT

Le conditionnement des plaques de verre destinée à être numérisées en 2012 par le CICL a été entamé en juin 2012 avec l’aide de la stagiaire Lucine Charon qui a dépoussiéré et mis sous pochettes à quatre rabats 450 plaques de verre au gélatino-bromure d’argent issus de fonds anonymes sur le Maroc, l’Algérie, la guerre de 14 et la guerre d’Espagne. Les documents (147) associés aux fonds Nièpce et Daguerre ont été rangés dans des pochettes. Enfin une attention particulière a été portée aux documents hors formats qui ont été regroupés en réserve et reconditionnés à l’unité. En 2012, nous avons utilisé tous les contenants vides existants. En décembre 2012, nous avons passé une commande de boites et de pochettes (KLUG) pour préparer le conditionnement de 2000 plaques de verre inventoriées entre décembre et début février 2013 avec l’aide de nos deux volontaires en service civique, Aude Lascaux et Léa N’Guyen-Commo et des deux bénévoles Elodie Pomet et Céline Leguyardère.

 

PARTENARIAT

ANAPHORE : La société ANAPHORE soutient la SFP pour la rédaction des instruments de recherche en XML EAD.

Depuis le mois d'avril 2012, et dans le cadre d'un partenariat scientifique et technique conventionné, la SFP dispose du module "Aide au classement"  du logiciel Arkheia élaboré et distribué par la Société ANAPHORE. Cet outil de description des fonds d'archives intègre la norme ISAD'G et l'ISBD et permet d'exporter les instruments de recherches en XML EAD comme en HTML et en Excel. Cet outil vient idéalement nous aider dans notre démarche de repérage, d'inventaire et de conversion des inventaires existants, avant le grand déménagement vers le site Richelieu et l'intégration au catalogue général de la BNF. En échange de prêt, la SFP s’est engagé à co-organiser une formation, sans ses locaux, sur le traitement des fonds photographiques. Cette formation a eut lieu en mai 2013 à la SFP. Nous remercions les historiens et concepteurs de logiciels Louis Colombani et Myriam Pauillac pour leur confiance et leur engagement auprès de notre association !!!

ENS LOUIS LUMIERE : Des étudiants de L’Ecole nationale Louis Lumière, réalisent, dans le cadre d’un partenariat avec la SFP et sous la direction de leur professeur Jean Gabriel Lopez, un fac similé de la première autochrome de Gimpel exposé aux Rencontres d’Arles 2012.

GOBELINS L’ECOLE DE L’IMAGE : des étudiants de L’Ecole des Gobelins numérisent, sous la direction de leur professeur Pierre Jérome Jéhel, 440 plaques de verre de Robert Demachy.

AEROPORT DE PARIS : dans le cadre d’un partenariat initié grâce à Jean Luc Monterosso, directeur de la Maison Européenne de la photographie, la SFP signe un partenariat avec l’Aéroport de Paris et décore le couloir du nouveau terminal de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, commissariat de l’expo : Jean-Luc Monterosso.

UNIVERSITE DE RENNES : dans le cadre d’un partenariat avec l’université de Rennes, 22 retirages modernes réalisés d’après des originaux conservés à la SFP sont exposés sur les cimaises de l’université de rennes. Le thème est « la photographie japonaise » et le commissariat a été assuré par Nathalie Boulouch.

 

EXPOSITIONS

En 2012, la Société française de photographie a eu l’opportunité de diffuser ses collections à de plus larges publics dans le cadre d’une exposition présentée pendant le festival international de photographie : Les rencontres d’Arles 2012. Le commissariat de l’exposition a été assuré par Luce Lebart, directrice des collections de la SFP et ancienne élève de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles, à laquelle François Hébel et Rémi Fenzy ont proposé une carte blanche sur le thème des « premières fois en photographie ».

Fruit de cette rencontre avec Les Rencontres d'Arles, l'exposition " Un laboratoire des premières fois : les collections de la SFP " a ouvert ses portes au public le 02 juillet 2012 (inauguration) pour rester ouverte jusqu'au 23 septembre 2012. C'est une approche ludique de la photographie dite ancienne qui s'est exposé sur les cimaises colorées du Musée de l'Arles antique. Plutôt que de la photographie ancienne, c'est bien de la jeunesse de la photographie dont il s'est agit, quand tout était possible et sujet à l'expérimentation, tant au niveau des formats des images (du format mamouth à la photo miniature), qu'au niveau des supports (du papier au verre en passant par le cuivre et l'acier) et des substances (bitume de judée, gomme, gélatine, albumine, encre, charbon) mais aussi des formes. L’exposition "Un laboratoire des premières fois : les collections de la SFP",  a envisagé les collections de la SFP non pas sous l’angle de ses « trésors » mais ,ç l’inverse, sous celui de "l'expérimental photographique", de la question de l’essai, du test, et donc de l’innovation et des premières fois.

L’expo a été fort appréciée des publics comme en témoigne le livre d’or rempli jusqu’à la dernière page de sympathiques commentaires. La presse et les médias ont aussi bien relayée l’information et toute la valorisation médiatique a été faite alors que nous ne disposons bien évidemment pas de service de communication à la SFP. Le bouche a oreille a bien fonctionné et, après un bel article dans Libération, l’exposition a été coup de cœur du journal Le Monde et du Journal Suisse Le Temps puis à nouveau conseillée dans le Magazine du Monde le premier septembre 2012 et signalée dans d’autres journaux. Elle a aussi donné lieu à une double page dans le magazine Pour la science. France 2 et Télématin se sont rendus sur place en juillet et ont réalisé un sujet dans l’exposition puis une émission diffusée par sur télématin.

Pour mémoire de cette exposition, le photographe auteur Olivier Cablat a réalisé un Tumblr intitulé Laboratoire des premières fois. Un montage sonore a été réalisé par Emilie Assémat qui a collecté, dans l’exposition, les réactions du public. Un extrait de ces enregistrements est publié sur la vidéo intitulée  Boogie woogie d’images et de son à la sauce SFP Rencontres d’Arles. Un montage de 57 secondes regroupant des images de l’expo et de son décrochage a été réalisé en collaboration avec Lucine Charon : Premières fois en photographie, l’expo  des collections de la SFP à Arles.

Les vidéos réalisés par Farnce 2 et télématin sont aussi consultables en ligne sur le Dayly motion de la SFP : Un laboratoire des « premières fois » : les collections de la SFP.

Enfin, des images de l’accrochage et du festival ont été publiées sur le blog de la SFP notamment dans le post « La SFP pour la première fois à Arles ».

 

Au total, ce sont 256 pièces qui ont été exposées sur les cimaises et vitrines du Musée de l’Arles Antique et 47 retirages modernes ainsi qu’un montage vidéo de l’Album d’essai de Bayard. L’exposition a été produite par les Rencontres d’Arles. La plupart des montages ont été réalisés par Elodie Texier, certains montages et tous les encadrements ont été produits par Circad. Deux étudiants des Gobelins nous ont aidé à numériser en haute définition les autochromes micrographiques de Léon Gimpel et ont travaillé au postraitement de ces images qui ont été confiées, par Les Rencontres d’Arles, au laboratoire Janvier, en charge des retirages modernes et des dos bleus.  Plasticollage a procédé au contrecollage des tirages des autochromes anaglyphes de Gimpel. Des étudiants de l’ENS Louis Lumière nous ont confectionné un fac similé de la première autochrome de Louis Lumière : le fameux laboratoire dont l’original a ensuite été présenté dans l’exposition du Musée Bourdelle sur l’Atleier du photographe (commissariat Anne Cartier-Bresson).

L’exposition a su toucher le grand public et les spécialistes. Elle a été l’occasion de diffuser plus largement et de rendre plus accessible la richesse de nos collections, ce qui est un de nos objectifs depuis 2011. Toutes les pièces exposées ont été  dépoussiérées, nettoyées et montées. Elles ont été, quand c’était nécessaire, les objets de légères restauration.

PRETS POUR DES EXPOSITIONS ET DIFFUSION D'IMAGES

La gestion de l’agence de la SFP est une activité fondamentale pour al « survie » de notre association. Les revenus générés par la diffusion d’images et par le prêt d’œuvres sont en effet notre principal revenu. L’optimisation de l’agence, entamée à l’automne 2011, s’est poursuivie en 2012. En réserve, le travail de regroupement et de classement des reproductions sur tout supports et de retirages modernes s’est poursuivi en 2012. Plusieurs fonds de tirages ont été numérisés en basse définition (rappelons que la SFP dispose d’un banc de reproduction mais pas d’appareil photographique). Nous utilisons donc, pour notre travail de repérage nos propres appareils ou bien notre scann EPSON V750 Pro.

Prêts :

En 2012, nous avons collaboré à deux festivals de photographie : celui des rencontres d’Arles avec l’exposition de la SFP (voir le volet Expositions de ce rapport d’activité) et celui  de Sète : « Images Singulières » ou nous avons exposé, en partenariat avec l’association Cétavoir, une sélection d’images issues de la série la guerre des gosses de Léon Gimpel auquel le Journal de la photographie a rendu hommage.

La SFP a aussi prêté des œuvres qui ont été exposées, en 2012, aux Archives départementales de l’Hérault à Montpellier, au Musée Courbet à Ornans, au Musée des Beaux-Arts de Lyon, à l’aéroport Charles de Gaulle Etoile et à l’Université de Rennes. A Paris, des pièces de la SFP ont été sur les cimaises du Musée du Luxembourg, du Petit Palais, du Musée Bourdelle et de la galerie du Jour Agnès B. D’autres pièces ont été exposées en Suisse au Zentrum Paul Klee à Bern.

En 2012, nous avons préparé les prêts d’expositions ouvrant en 2013 telles celle consacrée à Laure Albin Guillot au Jeu de Paume à Paris, celles se déroulant dans le cadre du festival Normandie impressionniste, au Musée château de Caen, au Musée des Beaux Arts de Rouen et au Musée du Havre et celle préparée à la Kunst bibliotek à Berlin sur le nu.

COMMUNICATION

En matière de communication, nous avons mis en place un nouveau blog intitulé Actualité des collections, qui rend compte, au fils des semaines des actualités de la collection en matière de :

Traitement des fonds

Expositions,

 Prêts pour des expositions

Publications

Enrichissement des collections

Visites

Les posts sont presque partagés sur la page facebook de la SFP et twittés. Ces posts sur la collection bénéficient d'une audience en moyenne de 1200 vues par post en moyenne.

EN octobre 2012, nous avons aussi crée un compte dayly motion pour la SFP sur lequel nous partageons des vidéos ou des diaporamas vidéos.

 

 

Haut de page